EGLISE DE BRIE - Paroisse Catholique Saint Etienne - Accueil

ÉGLISE DE BRIE
PAROISSE CATHOLIQUE
SAINT ETIENNE

secteurs de
Brie-Comte-Robert / Grisy-Suisnes
Notre Dame des Plaines de la Brie
Coubert, Solers, Soignolles,
Lissy, Champdeuil, Crisenoy

eglise de brie - careme

Pôle Missionnaire Brie Sénart

Eglise de Brie-Comte-Robert
DIOCÈSE DE MEAUX
ACCUEIL AGENDA
ANNONCES
INFOS
PRATIQUES
EVEIL CATÉ
AUMÔNERIES
GRISY-
SUISNES
PLAINES
de la BRIE
REVUES PHOTO
logo

EGLISE DE BRIE - Paroisse Catholique Saint Etienne - Histoire de l'église

image eglise 1

album photo 1

album photo 2

lien :
Association des Amis du vieux chateau

image eglise 1
image rosace

image eglise 2

 

logo-google-plus Eglise de Brie
Google+ Eglise de Brie

Les travaux du chœur et de la nef

début 2016 :
restauration des chapelles latérales de l'église de Brie

Le 650e anniversaire de la dédicace de l'église Saint-Etienne de Brie a été célébré en 2013. Cette dédicace eut lieu précisément le dimanche 16 avril 1363 sous la présidence de Jean de Meulan, évêque de Paris, assisté de l'évêque de Carpentras, comme en témoignent les archives.

LogoPDF tract disponible dans l'église pour la visite

L'EGLISE PAROISSIALE DE BRIE-COMTE-ROBERT : historique

La construction de l'église Saint Étienne, monument historique aujourd'hui classée, commença au début du XIIIème siècle. Le nom de son fondateur est seulement présumé. Ce serait ROBERT II de DREUX qui fut seigneur de BRIE COMTE ROBERT, de 1180 à 1218. En 1341 la reine Jeanne d'Evreux, dame de BRIE COMTE ROBERT, teste en faveur de l'église pour faire dire des services religieux. En janvier 1349, on y célèbre le mariage de Philippe VI de Valois ( 56 ans ) avec Blanche de Navarre ( 17 ans ), nièce de Jeanne d'EVREUX.

L'église fut dédiée à Saint Étienne. La date exacte de sa dédicace fut le deuxième dimanche après Pâques de l'année 1363 par l'évêque de Paris, Jehan de Meulan, ancien archidiacre de Brie. A la mort de Jeanne d'Evreux ( 69 ans ), le 4 mars 1370, dans son château de Brie, un service solennel fut célébré en l'église.

Le 31 juillet 1688, quatre cloches sont bénies. Elles portent les noms de : Etienne-Marguerite, Marguerite-Jeanne, Nicolle-Genevieve, Charlotte-Nicolle.
Les parrains et marraines étaient :
- Marguerite Bertrand de la Bazinière, veuve de Jacques de Mesmes, seigneur de Cramayel, seigneur engagiste de Brie.
Monsieur le Semard seigneur de Pamphou et Marguerite le Heere, fille de Denis, seigneur de Vaudoy.
- Nicolas Pinon, seigneur de Villemain, et Genneviève Marin, veuve de Badrelier.
- Charles Lesné et Nicolle de Launay

En 1792, trois cloches furent descendues afin de les fondre en canons, à l'Arsenal de Paris . L'église retrouva 3 nouvelles cloches en 1824. Elles furent fondues à Brie par messieurs Limaux et Mahuet dans un jardin de la rue de la Grenouillère, elles portent les noms de : Louise-Marie, Ferdinande-Cécile, Etiennette-Alexandrine-Charlotte.

L'église remplaçait une église tombée en ruines qui se trouvait à la même place sur laquelle nous n'avons pas de renseignement. Elle fut classée Monument Historique le 15 août 1840.

L'édifice que l'on voit aujourd'hui présente cette singularité qu'il est orienté du nord-est au sud-ouest au lieu de l'être de l'est à l'ouest, ce qui était la règle pour une église. Cette orientation pourrait être du au fait que cette église placée sous le vocable de Saint étienne, dont la fête se célèbre le 26 décembre aurait été érigée en souvenir de cette fête. Ce jour-la, paraît-il, l'orientation de l'église serait parfaitement observée, car le soleil, à cette date, semble en effet se lever ici dans la direction nord-est, et par conséquent, dans la ligne correspondant au chevet. Est-ce là le véritable motif qui guida les constructeurs ou est-ce toute autre cause ?

Autre particularité, la tour du clocher, au lieu d'avoir été construite au-dessus du porche d'entrée, l'a été au dessus du chevet, à cheval sur la dernière travée du coté nord. Enfin, le chevet se termine par un plan droit, ce qui est extrêmement rare pour un chevet du XIIIéme siècle. Tous, ou presque tous les chevets de cette époque se terminant par un plan semi circulaire.